fbpx

Du 4 au 10 octobre 2020, l’on honore la Semaine de la sensibilisation aux maladies mentales. Et alors que la deuxième vague de la pandémie de COVID-19 semble se diriger vers une deuxième vague, des spécialistes de la santé tire la sonnette d’alarme quant aux impacts psychologiques induits. Épuisés et angoissés par un printemps difficile, les Québécois appréhende un hiver tout aussi compliqué, voire plus.

Côté santé mentale, rien ne va plus !

Selon une enquête effectuée début septembre par des chercheurs de l’Université de Sherbrooke, un Québécois adulte sur cinq affiche des symptômes tenant d’une dépression majeure ou d’un trouble d’anxiété généralisé. À Montréal, c’est une personne sur quatre.

Télétravail, confinement, peur du lendemain, distanciation sociale et isolement préventif, sont autant de facteurs qui ont l’effet d’une bombe pour notre cerveau. Si d’aucuns arrivent à composer relativement bien avec ce stress, d’autres personnes sont plus à risque. Une fatigue s’est installée et nos capacités d’adaptation à la première vague fait maintenant place à une lassitude et une impuissance plus ou moins résignée.

Quand résilience rime avec cohérence

Pour traverser cette épreuve de manière à laisser le moins de séquelles possibles, plusieurs actions peuvent vous aider, comme :

  • Pensez groupe et agissez en collégialité. Tout le monde n’a pas la chance d’être bien entouré dans cette épreuve. Faites preuve d’écoute, de bienveillance envers vos collègues, amis et membre de la famille. En plus de l’isolement social, certains doivent peut-être aussi jongler avec des problèmes financiers, des fermetures de garderie ou d’école, etc. Le volet communautaire est important : pensez à demander comment vont vos proches, l’empathie est un ciment social incroyable (par exemple, appeler une personne âgée, aidez un proche en faisant son épicerie, etc.).
  • Soyez cohérent. Privilégiez les sources officielles et scientifiques de communication. Appuyez-vous sur des faits avérés. De fausses informations circulent sur les réseaux sociaux, adhérer et partager ces fausses croyances alimentent le doute et l’anxiété. Évitez la surexposition aux nouvelles et médias traitant de la COVID-19.
  • Créez-vous une routine adaptée à votre réalité, vos besoins. Séparez le plus possible votre vie personnelle et professionnelle. Prônez de saines habitudes de vie (bien s’alimenter, bouger, sortir dehors et bien dormir).
  • Octroyez-vous des pauses relaxantes. Quelles soient sportives ou culturelles, pensez à prendre des moments de détente, de ressourcement. Autant que notre corps, notre cerveau a besoin de repos et d’harmonie. Selon un article du Harvard Business Review, «la résilience tient à votre capacité à récupérer, non à endurer les difficultés». C’est le manque de récupération qui entrave radicalement, à l’échelle collective, notre capacité à être résilient et à réussir. Des études démontrent qu’il existe une corrélation directe entre ce phénomène et l’augmentation de la fréquence de problèmes relatifs à notre santé et sécurité.
  • Faites preuve d’autocompassion et d’indulgence envers vous-même et les autres. Personne ne vous demande d’être un héros dans toutes vos sphères d’activité. La culpabilisation n’aide en rien, soyez indulgent.

La quarantaine et l’isolement préventif jouent sur le moral. Soyez à l’écoute des symptômes de la dépression : fatigue physique et mentale, irritabilité, maux de tête fréquents, troubles du sommeil, perte d’appétit, de motivation, de mémoire…

La capacité de concilier travail et famille, et particulièrement pour les femmes, apparaît comme une des clés à la sauvegarde de notre santé physique et mentale. Nous avons tous un rôle à jouer dans cette pandémie, que ce soit par de petits gestes civiques quotidiens que par une approche flexible de la part des entreprises. Et le vrai leadership en période difficile exige de mettre en place des protections psychologiques et culturelles pour tous les employés.

A7ressources est fière d’accompagner ces dernières en proposant des formations, des ateliers personnalisés et des conseils avisés.

Et n’oubliez pas de vous abonner à notre infolettre pour d’autres bons conseils !

(*) Initiative du Réseau Avant de Craquer, la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales 2020 a pour thème Aider sans filtre. Actif depuis 34 ans, le Réseau Avant de Craquer regroupe 41 associations offrant un soutien aux membres de l’entourage d’une personne atteinte d’une maladie mentale réparties dans la majorité des régions du Québec.

Partagez !

Faites un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *