fbpx
Une chambre d'hôtel

L’hôtellerie continue à se battre, notamment par le biais de l’AHQ (voir les nombreux articles de presse et initiatives continues), pour décrier combien la pénurie de main d’œuvre est non seulement limitative mais induit déjà un manque à gagner tangible (l’hôtellerie se prive de revenus substantiels en diminuant son offre à cause du manque de personnel).

ALORS QUELLES SONT LES PISTES DE SOLUTIONS FACE AU MANQUE DE MAIN D’ŒUVRE ?

Les acteurs de l’industrie hôtelière se réjouissaient tellement à l’idée de rouvrir pour la saison estivale, et ce après de longs mois de fermeture ou d’opérations au ralenti…Ils se retrouvent dans une situation complexe, engendrée par les restrictions sanitaires et la pénurie de main d’œuvre. Face à des choix cornéliens, les hôteliers réclament de l’aide et l’AHQ se démène pour eux !

Les questionnements des gestionnaires sont majeurs face au manque de personnel :

  • refuser des clients ?
  • fermer des chambres ?
  • réduire les services (ex. ne plus offrir de restauration, de conciergerie…) quitte à frustrer des clients ?
  • en demander plus aux employés actifs ?
  • investir dans de nouvelles technologies (concierge virtuel, bornes d’enregistrement…) ?

Face à la pénurie de main d’œuvre, la surenchère salariale devient un phénomène épidémique, les travailleurs dictant désormais les règles du jeu…Le service à la clientèle devient aussi une préoccupation grandissante des hôteliers dans un contexte où les gestionnaires n’ont plus le temps de former ni d’accompagner les nouveaux venus…Leur réputation leur tient à cœur à fort juste titre !  

ON N’EST PAS SORTI DE L’AUBERGE…ALORS QUE FAIRE ?

Les besoins en personnel sont encore criants, les postes ne sont comblés qu’à 50 % dans certains établissements ! Bien que la campagne de recrutement « Faites briller l’été partout au Québec» ait été porteuse de résultats encourageants, il est nécessaire de soutenir les initiatives des hôteliers et l’AHQ se positionne dans ce sens !

Pour Xavier Gret, Directeur Général et Président de l’Association Hôtellerie Québec, une reconnaissance de la pénurie de main-d’œuvre permettrait de faire venir de la main-d’œuvre étrangère.  Ainsi, faciliter l’immigration saisonnière par des solutions gouvernementales rapides, par exemple, l’octroi de permis temporaires, serait une alternative profitable au domaine de l’hébergement, à l’instar du modèle des travailleurs temporaires en agriculture déjà en place. 

Pour le ministre du Travail Jean Boulet, il ne fait aucun doute que les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie ont un rôle à jouer pour pallier ce manque de main-d’œuvre. Ils doivent améliorer les conditions de travail, rendre le domaine d’activités plus attrayant et avoir des plans de rétention pour le personnel…

INITIATIVES EN TERME DE RECRUTEMENT :

Flexibilité horaire, polyvalence du personnel en place, programme vacances-travail (stages), vidéos sur les témoignages positifs d’employés, chèque cadeau pour les références, transformer le recrutement en « opération de séduction»…Les hôteliers se transforment en promoteurs RH avec stratégie marketing et publient sur les réseaux sociaux (FB, Instagram…). Ils ont aussi parfois recours à des agences de placement temporaire ou adoptent des appli telles Dispoapp

L’AHQ continue à représenter l’industrie avec ardeur et pense déjà à l’automne en réclamant un assouplissement des mesures concernant le tourisme d’affaires…et la réouverture des frontières aux voyageurs internationaux pleinement vaccinés !

Au plaisir de vous représenter.

Partagez !